Dédale, c’est plus de 20 années de conseil
sur les champs RH et organisation du travail,
une expertise attestée en
stratégie, gouvernance et ressources humaines
de l’économie sociale et solidaire.

Concrètement, nous intervenons sur trois champs complémentaires : le conseil, l’étude et la recherche.  Sur ces 3 champs, un seul et même objectif : permettre aux organisations sociales et solidaires de se développer toujours mieux, sans s’éloigner des valeurs fondatrices et indispensables de l’ESS, permettre aux individus de s’engager dans l’ESS dans les meilleures conditions.  Les deux facettes d’une seule et même question. 

La première des richesses de l’ESS,
ce sont les individus, salariés ou bénévoles,
qui la font vivre au quotidien.

Né autour de cette conviction, Dédale – l’emploi social et solidaire est dédié aux organisations de l’ESS comme aux individus qui aspirent à les rejoindre. C’est donc bien cette « richesse humaine », cette « ressource » au sens noble du terme qui fait l’objet de toute notre attention et que nous entendons vous aider à cultiver au mieux. En accompagnant les aspirants à l’emploi social et solidaire à trouver leur place dans cette économie, en accompagnant les entreprises à créer et maintenir les meilleures conditions de travail et d’emploi au sein de leurs organisations. Parce qu’il n’y a pas, au sein de l’ESS, de développement possible des organisations sans une attention portée très fortement à ces questions. 

L’ESS place l’individu au centre de ses préoccupations, bien avant les questions de profit ou de réussite individuelle.  Les individus, y compris donc celles et ceux qui oeuvrent au sein de cette « économie pas comme les autres », qu’ils soient salariés, bénévoles, administrateurs, associés, entrepreneurs ou coopérateurs.  Ensemble, préservons et cultivons cette richesse.   

Nos principes, nos valeurs

L’ESS est une économie qui met les êtres humains plutôt que le profit au centre de ses préoccupations. Si l’objectif est louable, voire souhaitable dans un monde qui touche à ses limites sur nombre de sujets, ce positionnement atypique la contraint à des exercices parfois délicats pour parvenir à se stabiliser, se consolider ou se développer sans s’éloigner du projet fondateur et des valeurs qui le sous-tendent.

A fortiori dans un monde façonné plutôt pour les performances économiques que sociales ou solidaires. 

Plus que de la compétition, l’ESS est donc par nature une économie de la coopération, tendant en externe à rassembler autour d’un projet des « parties prenantes » aux objectifs et intérêts parfois divergents. Pour autant, en interne, elle doit aussi prêter une attention toute particulière aux différents individus qui la composent et sans lesquels elle ne pourrait exister : salariés, administrateurs, associés, bénévoles ou encore bénéficiaires doivent rester au centre de ses préoccupations, et ce quelle que soit la phase que traverse l’organisation.

Chez Dédale, nous concevons les questions de stratégie, de gouvernance et de richesses humaines comme le  triptyque fondamental et indissociable sur lequel toute organisation doit s’appuyer pour assurer sa pérennité socio-économique.  

L’histoire de l’ESS est riche de « faiseurs » et de « penseurs » ayant expérimenté et/ou conceptualisé les différentes modalités de développement des organisations sociales et solidaires. Grâce à leurs capacités à questionner et réinventer sans cesse l’ESS, ils lui ont permis de traverser les siècles dans des environnements en mutations constantes, et -reconnaissons-le – pas toujours favorables.

Dédale vous propose de vous inscrire dans cette longue tradition : en prenant appui sur leurs travaux, construisons ensemble les solutions qui permettront à votre organisation de trouver l’indispensable équilibre .

Qui suis-je ?  

Ancien responsable au sein du Service Public de l’Emploi, j’ai passé plus de 20 années à manager des équipes, conduire des projets, développer des réseaux… et à conseiller décideurs comme équipes sur les champs emploi, RH, stratégie et management.

En parallèle de ces activités, toutes ces années j’exerce également les fonctions de formateur et de consultant, intervenant auprès d’un public large, de l’étudiant s’interrogeant sur son avenir professionnel au cadre supérieur se demandant comment déployer sa feuille de route stratégique.

Pendant ces 20 années, j’ai développé une expertise sur les dynamiques partenariales dans des environnements complexes, ceux de l’emploi et de l’insertion professionnelle. L’objectif étant toujours de faire coopérer autour d’un même projet des acteurs aux finalités et intérêts parfois divergents.  

En 2018, animé par l’envie de mieux comprendre cette « autre économie » qui me semblait riche de promesses, je reprends le chemin de l’école pour suivre les cours du Master 2 « Développement et Expertise de l’Economie Sociale » à Sciences Po Grenoble. J’y mènerai mon premier travail de recherche sur les formes, facteurs et objets d’engagement au sein de l’ESS, qui sera lauréat du Prix des Mémoires de l’ESS du CJDES – ADDES .

Formé par les meilleurs spécialistes aux questions de stratégie, gouvernance et ressources humaines de l’ESS, je quitte le Service Public pour devenir consultant et chercheur au sein de la Coopérative d’Activités et d’Emploi  Vecteur Activités, membre de Manucoop ou Bigre ! ces collectifs qui entendent réinventer le travail en réfléchissant coopération et solidarité plutôt que compétition et ubérisation. Fort de mon approche opérationnelle et de mes apports conceptuels, je m’attache à m’inscrire dans la longue tradition de l’ESS : « penser l’ESS, faire l’ESS« . 

L’ESS est par définition collective. Membre d’une coopérative d’activité et d’emploi, je travaille par nature avec mes collègues entrepreneurs-salariés. Lorsque la situation le demande, je travaille avec un collectif de professionnels partenaires, universitaires et/ou chercheurs, tous spécialistes de l’ESS et attachés à ses valeurs.  Notre ambition : contribuer, par nos complémentarités, au développement de cette économie encore trop marginale et pourtant appelée à devenir la norme de demain. 


Au fait, pourquoi Dédale ? 

Evidemment, Dédale renvoie au labyrinthe, dans lequel on peut se perdre, mais dont il s’agit surtout de sortir pour trouver la « révélation » qui nous dira qui nous sommes vraiment. Une histoire de « sens », déjà.

Mais Dédale, dans la mythologie, c’est un peu plus que ça. Dédale, c’est d’abord celui qui est « ingénieux ». Oui, comme l’ESS. 

Inventeur, architecte, sculpteur, forgeron au talent exceptionnel, Dédale dans les récits antiques c’est celui qui trouve une solution à tout. A chaque fois qu’un problème se rencontre, non seulement il le résout, mais il trouve également une nouvelle solution au nouveau problème que celle-ci provoque : la cire des ailes est la solution pour permettre à Icare de s’échapper du labyrinthe, quand le labyrinthe était la solution pour enfermer le Minotaure, lui-même étant déjà la conséquence de la vache en bois destinée à sauver Pasiphaë….etc, etc. 

Bref, Dédale c’est un peu l’ESS qui se (ré)invente sans cesse pour améliorer le sort du monde et des individus qui le peuplent. Dédale, c’est donc une invitation à plonger ensemble, individus comme organisations, dans l’économie sociale et solidaire pour, ensemble et dans la durée, «  améliorer le sort du monde »

Dédale, l’emploi social et solidaire fait partie de la Coopérative d’Activités et d’Emploi Vecteurs Activités

Ensemble, nous oeuvrons à faire de l’ESS la norme de demain.